Categories

Sur les lieux de la bataille de la Somme (juillet-novembre 1916)

par Hervé Hoarau.


Jeudi 26 avril 2012, 5H35

Autour de moi, aucun visage n’avait l’air endormi, malgré l’heure matinale. En effet, les quatre classes de 3e s’étaient rassemblées devant le collège et se préparaient à une sortie à Albert, une petite ville à une trentaine de kilomètres d’Amiens, dans le département de la Somme.
Thème de la journée : la Première Guerre mondiale.
Sous la direction des professeurs, nous nous sommes répartis dans les deux bus : les 3è A et C avec Mme Boitard-Melin, M. Gueller et M. Hoarau dans le premier et les 3è B et D (ma classe) avec Mme Saltiel-Ragot ( organisatrice de la sortie), Mme Steimes-Gourdon et M.Huet dans le second. Un groupe a fait le matin ce que l’autre a fait l’après-midi et vice versa.

Près de 3h30 plus tard (dont une demi-heure d’arrêt vers 7h30), Albert était en vue. Nous et nos accompagnateurs avons commencé par la visite du musée de la bataille de la Somme , le 1er juillet 1916, installé dans un tunnel construit au XIIIe siècle et utilisé lors de la première Guerre mondiale comme refuge pour les habitants du village. Ce tunnel de 250m de longueur, plongé à 10m sous terre, abrite de nombreux objets retrouvés aux alentours et des reconstitutions de la vie des soldats dans les tranchées. Au terme de la visite (accompagnée, bien entendu d’un questionnaire) a eu lieu une petite animation : présentation des différentes armes et de l’uniforme britannique, surnommé le « Tommy ». Corentin , de 3è D, a même été pris comme mannequin et transformé en « Tommy » ! A la fin de la journée, j’appris que, dans l’autre groupe, ce fut Mme Boitard-Melin qui se retrouva déguisée en « Tommy » !

Après ça, nous avons enfin pu manger ! Cependant, comme à notre départ le self n’était pas ouvert, les professeurs avaient dû prendre les pique-niques la veille, résultat : pas de sandwichs ! A la place , une salade de thon et du pâté. Ensuite, petit quartier libre dans le parc jouxtant le musée.

L’après-midi consista en un circuit en bus des vestiges de cette guerre, le tout commenté par un guide néerlandais qui avait beaucoup d’humour. D’abord, le cratère laissé par la mine de La Boisselle (90 m de diamètre et 30 m de profondeur). Le beau temps n’étant pas au rendez-vous, les explications eurent lieu à l’intérieur du bus. Puis, la visite du cimetière franco-britannique de Thiepval et du plus grand monument aux morts du monde, dédié à tous ceux dont les corps n’ont jamais été retrouvés. Cet édifice, de plusieurs dizaines de mètres de haut, possède seize énormes piliers sur lesquels sont gravés quelques 73 000 noms. Enfin, le champ de bataille de Beaumont Hamel dont la terre est bosselée de cratères de mines et d’anciennes tranchées (dans lesquelles nous avons marché). Notre guide nous indiqua qu’on estime qu’il repose encore près de 250 corps sur cette parcelle de terre appartenant à Terre-Neuve, au Canada.

Et venu le temps de repartir. Alors, nous avons repris le bus. A la pause, avec quelques amis, j’ai eu droit à un bout de gâteau au chocolat fait par Mr Gueller dont Mme Saltiel-Ragot, Mme Steimes-Gourdon et Mr Huet n’avaient pas arrêté de parler durant toute l’après-midi ! D’ailleurs, il était super bon ! Nous sommes arrivés au collège juste avant 20H.

Je ne sais pas ce qu’en pensent les autres 3e, mais moi je dis :

UN GRAND MERCI À MME SALTIEL RAGOT ET À TOUS LES PROFESSEURS POUR CETTE SORTIE ET CETTE JOURNÉE GÉNIALES !!!!

Adèle, 3e D