Categories

Des élèves de troisième du collège participent à la cérémonie de commémoration du 70e anniversaire de la libération des camps

par Hervé Hoarau.

Lundi 26 janvier 2015
C’est dans le froid et la pluie que nous sommes partis vers l’Hôtel de ville de Caen afin de participer à la cérémonie de commémoration du 70e anniversaire de la libération des camps. Une vingtaine d’élèves du collège se sont portés volontaires pour rendre hommage et se souvenir des victimes de la barbarie nazie. Après avoir entendu les discours des officiels, des représentants des associations de victimes et d’un survivant (M. Duval, qui était résistant à Caen), nous avons été invités à déposer une rose blanche sous la plaque commémorant les déportés, c’était un moment très émouvant ! Nous avons ensuite entendu de jeunes élèves de la Maîtrise de Caen interpréter deux chants magnifiques en hommage à tous les déportés et aux enfants victimes du nazisme. Je remercie les élèves pour leur attitude remarquable ainsi que M. Blanchetier, CPE, qui m’ont permis de partager ce moment de mémoire essentiel.
V. Saltiel Ragot/ professeur d’Histoire-géographie



Voici le témoignage d’une élève de 3e A :
Pour ne jamais oublier
« Lundi 26 janvier 2015, à 14h, à Caen a eu lieu la journée internationale de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité. Bien loin de ce génocide qui eut lieu à des kilomètres de notre Normandie, nous restons proches des victimes et de leur famille et nous ne sommes pas insensibles à toute cette souffrance vécue par ces hommes et ces femmes. C’est donc pour cela que nous, élèves de 3e avons souhaité participer à cette commémoration. Commémoration des plus émouvantes ! Nous avons déposé des roses blanches, signes de paix, devant la stèle des déportés caennais. Nous avons eu aussi l’honneur et la fierté de rencontrer d’anciens déportés dont le récit tellement émouvant nous a touché au plus profond de nos êtres. Cette commémoration ne peut que nous rappeler l’importance du devoir de mémoire envers ces personnes : hommes, femmes et enfants victimes du nazisme. Nous ne pouvons que remercier notre professeur d’histoire, pour nous avoir permis d’assister à cette cérémonie qui restera à jamais marquée dans nos esprits. »
Cassandra Vincent